Communiqués Collège Lycées généraux et technologiques Personnels adminsitratifs Service santé-social : AS, infirmière Voie professionnelle Vie scolaire (AED, AP, CPE...)

 Contrairement aux annonces, le retour à la normal n’est pas pour demain !

 

Tandis qu’une troisième phase de déconfinement est attendue pour le 22 juin prochain, enjoignant l’ensemble des élèves à se rendre de manière obligatoire dans les écoles et les collèges, les personnels de l’éducation nationale sont toujours seul-e-s et non accompagné-e-s sur le terrain.

Des personnels toujours livrés à eux-mêmes malgré un contexte de crise sanitaire éprouvant !

Ainsi les missions des enseignant-e-s, dans un contexte déjà éprouvant, n’ont fait l’objet d’aucunes clarifications précises de la part du ministère. Celles-ci restent floues tandis que les contraintes restent fortes. Le manque de cadrage de la part du ministère malgré des injonctions fortes envers les personnels est inadmissible ! A chaque nouvelles annonces, les personnels d’encadrement et administratifs se retrouvent à bricoler dans l’urgence pour mettre en places des directives contradictoires en quelques heures. Après avoir enjoint les enseignant-e-s à former les élèves aux gestes barrières alors que ceux-ci n’ont eu en guise de « formation » qu’une lecture de documents et un visionnage de vidéos Youtube sur la plateforme Magistère, après que les agent-e-s aient dû baliser les établissements à l’aide d’une signalétique lourde, il nous faut sans plus d’explications et d’accompagnement pour accueillir tou·tes les élèves. Si l’on comprend la volonté des enseignant-e-s de retrouver leurs élèves, ce retour ne peut se faire sans des moyens à la hauteur de la situation !

La poursuite d’une politique de destruction des services publics d’éducation alors que la situation nécessiterait un plan d’urgence !

Le ministre brandit l’argument du décrochage scolaire pour organiser une rentrée à marche forcée. Or depuis des années le nombre de postes ne cesse de baisser face à l’augmentation d’élèves et les effectifs par classe ne cessent d’augmenter ! Dans le 93 c’est 69 classes qui sont supprimées. Les heures du dispositif allophone et du dispositif relais (qui lutte contre le décrochage scolaire) diminuent encore cette année. Pendant ce temps, on trouve des fonds pour organiser des vacances apprenantes qui viendront remplir les caisses de plusieurs organismes privés.

Le ministère persiste et signe donc dans leur politique d’austérité et de destruction du service public de l’éducation.

Pendant cette période, longue est la liste des difficultés rencontrées par les personnels !

- Pas de consignes claires données aux enseignant-e-s concernant les modalités pédagogiques attendus en cette période particulière
- Pas de consignes et de moyens donnés aux personnels du pôle médico-social, pourtant en première ligne.
- Pas de véritable aménagement du calendrier
- Pas d’accompagnement et de matériels fournis pour les personnels en télétravail, y compris les personnels administratifs.
- De l’autoformation plutôt qu’une réelle formation concernant les gestes barrières (une liste de vidéos de Youtube à visionner sur la plateforme Magistère n’est pas une formation !)
- Aucune reconnaissance et un silence assourdissant de la part de l’institution dans les médias quant au dévouement des personnels pendant cette crise. Bien au contraire, une vague de « prof-bashing » lancée par le ministre !

Une rentrée 2020/2021 qui s’annonce déjà compliquée !

Malgré la crise, les instances et les rendez-vous des syndicats avec le ministre ont confirmé que la rentrée 2020/2021 ne bénéficierait d’aucunes dotations supplémentaires en heures et en postes alors que nous allons retrouver certains de nos élèves après six mois de rupture, que les personnels sont déjà éprouvés par une situation qui se dégrade depuis des années et qu’ils ne cessent de dénoncer sans être entendus !

Plus que jamais, le Ministère se doit de donner de répondre aux besoins des personnels et des élèves en proposant un vrai plan d’urgence pour le 93, département particulièrement éprouvé pendant cette crise !

Pour un plan d’urgence pour le 93, exigeons des moyens à la hauteur des besoins pour la rentrée 2020 !