Tracts Collège Echo des bahuts Lycées généraux et technologiques Non-titulaires 1er degré Voie professionnelle Vie scolaire (AED, AP, CPE...) UPE2A Personnels adminsitratifs

 L’Education Nationale à l’épreuve du télétravail

 

Depuis plusieurs semaines, la France fait face à une situation exceptionnelle causée par la pandémie du Covid-19.

Si le gouvernement feint de maitriser la situation, il ne contrôle pas grand-chose en réalité et tente de faire bonne figure. Surtout, en proposant de voter une loi d’urgence sanitaire, il s’attaque au code du travail et impose une nouvelle régression aux salarié·es. Par ailleurs, le flou volontaire à l’égard de nombreuses entreprises et administrations, a contraint les salarié∙es, du public comme du privé, à travailler sans aucune protection ni garantie.

Pire, alors que le pouvoir « découvre » les ravages du Capitalisme, l’Assemblée nationale n’a pas voté la loi proposée par différent·es député·es, interdisant le versement des dividendes pendant la période. Le gouvernement s’est contenté de marteler un voeu pieu sur ces dividendes comme si, là encore, il pouvait maitriser la voracité de certain∙es actionnaires !

Au cours de la période, la CGT a déposé des préavis de grève (notamment dans la Fonction publique) pour protéger les salarié·es. Elle s’est alors attirée les foudres du gouvernement ou d’éditorialistes qui dénonçaient un refus d’adhérer à l’Union nationale ! Mais de quoi parlons-nous ?

Pour la CGT, cette crise sanitaire d’ampleur est, de toute évidence, aggravée par les politiques de casse du service public menées depuis des années par les gouvernements successifs. L’Hôpital paie aujourd’hui un lourd tribut. Le personnel soignant, mobilisé depuis de nombreux mois contre le manque criant de moyens, se retrouve seul en première ligne. Tous les clignotants sont au rouge. Dans ces conditions, la CGT devrait ne rien dire, agir comme si de rien n’était ou participer aux cagnottes de solidarité pour palier les manquements de l’État ? À la CGT, c’est avant tout le sort des salarié∙es qui importe !

Et dans l’Éducation nationale ? Dans notre secteur, les tergiversations du ministre ont plongé les personnels dans un profond désarroi laissant les hiérarchies intermédiaires émettre, parfois, des injonctions dangereuses et contradictoires.

Les personnels ont dû rapidement expérimenter le travail à distance avec des plateformes qui ont pu s’avérer insatisfaisantes voire défectueuses, mettant à mal la santé au travail.

La « continuité pédagogique » et scolaire, malgré les déclarations assurées et martelées du ministre au grand public, est loin d’avoir fait ses preuves. Tous les personnels de l’Éducation nationale se retrouvent isolés avec une surcharge de travail conséquente laissant parfois un goût amer, mais réel : le système scolaire français est inégalitaire et l’enseignement à distance ne fait que renforcer ce caractère.

Tract télétravail