Echo des bahuts

 Défendons les CIO : l’orientation est un métier, un service public !

 

Les personnels des Centre d’Information et d’Orientation (C.I.O.) souhaitent interpeller sur la situation du service public d’orientation de l’Éducation Nationale. En effet, le ministère souhaite fermer les C.I.O. car l’information sur l’orientation scolaire et professionnelle ne serait plus de sa compétence, mais de celle des régions.
Dans ce contexte de débat du projet de loi sur l’orientation et la réussite des étudiants, les inquiétudes des équipes des C.I.O. sont grandes au sujet de :
- la disparition d’un service public neutre et gratuit de proximité qui accueille une grande diversité de publics (élèves allophones, élèves décrocheurs, élèves non-affectés…) pendant et en dehors du temps scolaire ;
- la disparition d’un lieu de travail, de réflexion et de formation pour les Psychologues de l’Éducation Nationale (Psy-EN) qui perdront en compétence en tant que conseillers techniques ;
- la réduction du temps de présence en E.P.L.E. car les missions des Psy-EN seront multipliées en faveur du Service Public Régional de l’Orientation (guichet unique) ;
- l’information sur l’orientation qui sera transférée aux régions et qui sera par conséquent inégalitaire en raison des différences budgétaires.

Les C.I.O. sont des pivots essentiels au sein d’un district scolaire pour le suivi et l’analyse des politiques d’orientation, la prévention du décrochage scolaire, la formation et la coordination des différents acteurs. Le conseil en orientation scolaire et professionnelle risque de ne plus être envisagé comme un processus éducatif lié à des connaissances en psychologie et en développement de l’adolescent. Il deviendra uniquement une information donnée par les professeurs, voire par des entreprises invitées dans les établissements scolaires. Le conseil en orientation sera privatisé et confié à des cabinets privés qui facturent leurs prestations, seuls certains élèves y auront accès, sachant que le C.I.O. couvre un secteur géographique défavorisé relevant de l’éducation prioritaire.
Afin de maintenir ce service public de proximité, gratuit, neutre et ouvert à tous, l’équipe a décidé de réagir et de se replier à plein temps sur le C.I.O., son lieu de travail, pour le défendre. Ainsi, elle effectuera toutes ses missions et ses entretiens auprès des élèves et de leur famille au C.I.O. de Montreuil. L’équipe a fait ce choix difficile afin que chacun mesure la gravité de la disparition de ces services. Pour chaque élève allophone ou déscolarisé, pour chaque adulte en reconversion professionnelle, les Psy-EN envoient un courrier au Président de la République l’interrogeant sur les modalités d’accueil et d’orientation de ce public lorsque les C.I.O. seront fermés.
Les Psy-EN du 93 se sont réunis en assemblée générale le mardi 30 mai 2018. Les C.I.O. d’Aubervilliers, Drancy, Aulnay-sous-Bois et Clichy-sous-Bois ont également décider de recentrer leurs activités. Les Psy-EN participeront aux conseils de classe du troisième trimestre pour les classes qui sont des paliers d’orientation et y exposeront la situation des C.I.O. Le gouvernement a déjà reculé sur la délégation totale de l’information sur l’orientation aux régions, toutefois les personnels de l’Éducation Nationale pourront être réquisitionnés pour des missions régionalisés (possible modification des statuts de la fonction publique ou nouvelles pressions sur les personnels contractuels) et les compétences des régions à ce sujet ne sont toujours pas définies.
L’article L213 du Code de l’Éducation Nationale garantissant l’implantation d’au moins un C.I.O. par département n’est pas supprimé. Compte-tenu des besoins spécifiques du territoire, la présence d’un seul CIO en Seine-Saint-Denis apparaît totalement inadaptée et devient un nouvel outil de discrimination dans le département le plus pauvre de France métropolitaine.
Des directives ont été transmises aux inspecteurs et aux recteurs d’académie pour promouvoir l’orientation vers la voie professionnelle après la classe de 3ème. Le ministère de l’Éducation Nationale a encouragé pendant plusieurs années l’augmentation du taux de passage des collégiens vers le lycée général et technologique. Les bacheliers sont de plus en plus nombreux alors que les moyens accordés à l’enseignement supérieur n’augmentent pas de manière proportionnelle. Cette mise en avant de la voie professionnelle et le désir de développer l’apprentissage apparaît alors comme un moyen de lutter contre le nombre croissant d’élèves non-affectés par les plate-formes successives de type APB ou Parcoursup et de laisser une place, malheureusement toujours plus importante, aux entreprise privées dans le domaine de l’éducation.
La prochaine assemblée des Psy-EN aura lieu le mardi 5 juin à 10h à la Bourse du Travail et sera suivie d’une manifestation qui partira à 14h de la place du Luxembourg. Des motions visant à lutter contre la fermeture des C.I.O. seront proposées aux conseils d’administration de plusieurs collèges du district de Montreuil et de Bagnolet. Des membres de l’équipe du C.I.O de Montreuil vont également à la rencontre des fédérations de représentants de parents d’élèves. Au niveau départemental, l’ensemble des Psy-EN réfléchissent encore à assister ou non aux commissions d’appel.
Les équipes des C.I.O. se mobilisent partout en France pour lutter contre le démantèlement et la privatisation du service public. Pour les soutenir, signez cette pétition !