Documents CT sur les moyens Collège Voie professionnelle Lycées généraux et technologiques

 DHG des lycées et des collèges pour l’année scolaire 2018-2019

 

Les DHG des lycées et les collèges pour l’année scolaire 2018-2019 viennent de tomber. La situation continue d’empirer. Le taux d’encadrement (H/E) est au plus bas en passant en dessous de la barre des 1,49. Pour une augmentation prévue de 4 370 élèves aucun poste de personnel CPE, d’infirmier·e, assistant·e social·e ou d’administratif·ve n’est prévu. Cette non dotation ne pourra donc pas répondre aux difficultés des établissement comme le collège Pablo Neruda de Pierrefitte en grève depuis la rentrée pour des moyens en vie scolaire dont l’octroi d’un poste supplémentaire de CPE. En ce qui concerne le service social nous tenons à vous rappeler que certaines AS sont encore en poste sur plusieurs établissements REP.
Dans les lycées généraux et technologiques la situation se maintient, ou plutôt devrions nous dire que les difficultés se maintiennent. Le déphasage constant ces dernières années entre moyens supplémentaires et hausse démographique a fortement dégradé le climat scolaire et les conditions d’apprentissage dans les établissements. En témoignent les mouvements de grève de cette rentrée et les nombreux rassemblements devant le rectorat.
Dans la voie professionnelle, la suppression de 60 emplois n’est pas justifiée alors même que le rectorat se permet toujours de ne pas respecter les horaires réglementaires en baccalauréat professionnel. La baisse attendue du nombre d’élèves nous apparaît comme un argument bien léger quand on sait que le taux d’encadrement est et sera inférieur à celui 2011.
Les 91 emplois supplémentaires pour l’année 2018 sont loin de couvrir l’augmentation démographique dans les collèges cristoliens. Il manque, dans la prévision 2018, 158 emplois pour seulement maintenir le taux d’encadrement prévu pour la rentrée 2017. Le département le plus touché est la Seine Saint Denis. Cette dotation de moyens de 2018 marque un renoncement affiché à toute politique d’éducation prioritaire dans le second degré. Les premières victimes de ce manque de moyens sont les élèves les plus fragiles : les élèves allophones qui voit les dispositifs UP2A dégradés par le manque d’heures d’enseignement ou la mise en place d’inclusions sans prise en compte des besoins élèves. La CGT Educ’action sera au côté des personnels mobilisés le 24 janvier pour la défense des classes d’accueil en Seine Saint Denis.
Le gouvernement n’a pas l’ambition de l’émancipation de chaque jeune et n’est pas décidé à y consacrer les moyens nécessaires. Son choix politique est plutôt celui plus ou moins assumé d’organiser une sélection à l’entrée de l’université et ainsi rajouter des barrières aux élèves les plus fragiles pour l’accès à l’enseignement supérieur. La réforme du lycée dessine la mise en place d’un processus de sélection dès le début du lycée ainsi que la suppression du baccalauréat comme premier grade universitaire.

DHG des lycées pour année scolaire 2018-2019
DHG des collèges pour année scolaire 2018-2019
DHG des SEGPA pour année scolaire 2018-2019