Communiqués Collège Echo des bahuts

 La DSDEN 93 (Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale) censure la liberté pédagogique

 

Le 20 mai 2021, le collège Jean Moulin de Neuilly Plaisance a reçu la visite de M. Le Recteur et de Mme la Ministre déléguée aux armées. Lors de la préparation de cette visite, le cabinet du DASEN (directeur académique des services de l’Éducation nationale) de la Seine Saint Denis a émis un signalement dans le but de diligenter une visite de l’administration suite à l’exposition de travaux d’élèves dans la salle de permanence du collège.

Ces travaux représentent la finalité d’un partenariat départemental avec l’artiste Itvan Kebadian (agréé par l’Education Nationale, dans le cadre du CLEA et en partenariat avec la DRAC Ile-de-France) en résidence au collège pour la seconde année.La fresque exposée est composée des œuvres réalisées dans le cadre d’un projet sur la liberté de la presse et la censure. Elles représentent des thèmes d’actualité de ces deux dernières années : les élections américaines, l’écologie, le Covid 19, le mouvement Blacks Lives Matter et les bavures policières.

Tous ces thèmes ont été choisis en collaboration entre les enseignants impliqués, l’artiste et les élèves.Le signalement au Recteur d’Académie, puis la visite de l’administration diligentée par la DASEN sont des pressions visant à interdire aux enseignants et aux élèves d’aborder certains thèmes de l’actualité vécue dans le cadre de leurs activités.

Les responsables de la DSDEN évoquent les valeurs de la République que ne respecteraient pas les enseignants et ce travail des élèves.
– Mais quelles valeurs et quelle République reste-t-ils toute critique de l’autorité est censurée ?
– Quelles valeurs pour l’école de la République si la liberté pédagogique n’y est plus de mise, une liberté qui est le socle sur lequel fut fondée l’école publique et sur lequel elle repose encore aujourd’hui ?
– Quel enseignement des valeurs de la République lorsque les élèves ont le droit d’être victimes de ce qu’ils vivent comme des violences policières, mais n’ont pas le droit d’en parler ?

En septembre 2020, 3 personnels de ce collège ont été témoins d’un acte de violence policière aux abords de l’établissement à l’encontre d’un ancien élève. La section de la Ligue des Droits de l’Homme de Bondy-Noisy-Rosny-Bobigny et le syndicat des personnels de l’éducation CGT Éduc’action 93 s’associent pour soutenir les personnels de ce Collège et leur droit à mettre en œuvre avec neutralité et pédagogie des travaux sur des sujets d’actualité. Nous condamnons avec eux cette entrave à la liberté pédagogique des enseignants, à la liberté artistique de l’artiste en résidence et à la liberté d’expression des élèves.