Communiqués Instances : CTA, CTSD 93, CHSCT 93, CDEN 93 1er degré

 Contre les fermetures de classes : toutes et tous devant la DSDEN !

 

Jeudi 17 juin, La Direction Académique de Seine-Saint-Denis nous a communiqué les mesures prises pour la rentrée prochaine, lors du groupe de travail. La CGT a appris avec consternation que le ministère envisageait 90 fermetures supplémentaires de classes pour la rentrée 2021.
La Direction Académique avait déjà acté la fermeture de 187 classes en janvier. Au sortir de 15 mois de crise sanitaire, ce sont donc 277 classes que le ministère entend fermer dans notre département.

La politique du gouvernement du « Quoi qu’il en coûte » devient la politique du « On ne vous épargnera rien. » 277 personnels vont ainsi perdre leur poste ou affectation et les effectifs des classes vont continuer d’exploser, entrainant avec eux les difficultés scolaires déjà criantes de nos élèves.

Les contreparties pour les 900 écoles du 93 sont bien maigres : des ouvertures principalement pour la mise en place du dédoublement des Grandes Sections en REP+. Les GS à 12 aspirent la grande partie des postes crées, car, une fois encore, Blanquer réforme à moyens constants. Faute de locaux, de nombreuses co-interventions seront imposées et les structures innovantes ou multi-âges, balayées du revers de la main. A noter, le Dasen a annoncé qu’ils recruteront sur la liste complémentaire pour le deuxième concours, contrairement à l’année dernière.

Certaines villes seront particulièrement affectées : c’est le cas des villes du bassin 1.
A Saint-Denis, 14 fermetures de classes s’ajoutent aux 16 fermetures actées en janvier. C’est l’équivalent de 3 écoles qui ferment.
A Aubervilliers, 4 fermetures de classes s’ajoutent aux 8 fermetures actées en janvier.
A Bobigny, 10 fermetures de classes s’ajoutent aux 3 fermetures actées en janvier.
Au Blanc-Menil, 3 fermetures de classes s’ajoutent aux 10 fermetures actées en janvier.
A Montreuil, 8 fermetures de classes s’ajoutent aux 15 fermetures actées en janvier. C’est l’équivalent de 2 écoles qui ferment.
A Rosny-sous-Bois, 4 fermetures de classes s’ajoutent aux 6 fermetures actées en janvier.
A Gagny, 4 fermetures de classes s’ajoutent aux 4 fermetures actées en janvier.
A Saint-Ouen /Ile-Saint-Denis, 8 fermetures de classes s’ajoutent aux 11 fermetures actées en janvier. C’est l’équivalent de 2 écoles qui ferment.

277 fermetures de classes : le message ne peut être plus clair, le ministre profite de cette période pour poursuivre ses réformes contre les personnels. Dans notre département, la crise sanitaire a entrainé une hausse record des inégalités scolaires, reconnue par le ministre lui-même.

Ainsi, en pleine pandémie, l’Education nationale premier, employeur du pays, continue sa politique « d’économie de bouts de chandelles ». Elle diminue le nombre de postes crées, passant de 502 postes l’an passé à 340 postes postes accordés à notre académie. Le respect des seuils de classe, la création de classes de Toutes Petites Sections, le maintien des RASED impliquent la création de davantage de postes.

Pour la CGT, seuls le rapport de force et l’unité entre enseignant·es et parents peuvent permettre d’inverser le cours des choses. 277 fermetures de classes, ce sont 277 raisons de se mobiliser.
C’est pourquoi nous appelons, avec les autres syndicats et collectifs de parents, à se rassembler vendredi 25 juin, au moment du Comité pour la carte scolaire (CTSD) pour protester contre ces coupures indécentes et réclamer un plan d’urgence.

VENDREDI 25 juin dès 11h45 à la DSDEN8 Rue C. Bernard - Bobigny