Communiqués Echo des bahuts

 Exigeons des masques pour tous les personnels, gratuits pour nos élèves et réellement protecteurs !

 

A quelques semaines de la rentrée, le constat est sans appel : un arrivage de masques tardif, des personnels oubliés et des familles davantage précarisées ! C’est la rentrée « version Ministère de l’Education nationale » tandis que Jean-Michel Blanquer continue de s’adresser aux médias plutôt qu’aux personnels dont il a la charge. La gestion des masques pourtant centrale en cette période de crise sanitaire semble avoir été tout simplement délaissée par le Ministère. Pour la CGT Educ’Action 93 il est urgent de faire un point de situation.

Dans le 1e degré, des masques adaptés qui se font toujours attendre !

« Tous les enseignants de maternelle et ceux ayant des élèves malentendants dans leur classe seront bientôt équipés en masques inclusifs » annonçait dès la rentrée la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel (JDD). Bilan des comptes : les masques n’ont pas été fourni, les collègues sont dans l’attente, certaines équipes ont pris les devants et décidées de commander les fameux masques sur les moyens de l’école. Pourtant, une semaine après les déclarations de la secrétaire d’état, le recteur de Créteil annonçait à la CGT lors d’une audience, que des masques transparents étaient réceptionnés et seraient mis à disposition des classes ULIS. C’est finalement le Directeur académique qui a eu le dernier mot : aucune nouveauté concernant les masques n’est à ce jour envisagée. Nous ne savons pas si cela tient d’une immense déconnexion entre l’administration et le ministère ou s’il s’agit d’un mensonge assumé. Pour la CGT, ce n’est pas aux écoles de financer la qualité de leur service d’enseignement. Dès avril nous avions alerté sur la nécessité d’organiser une production de masse de ces masques à destination des enseignant-es de maternelle et d’élémentaire, d’UPE2A, d’ULIS et les AESH.

Dans le 2nd degré, c’est la débandade autour des masques !

Le 1er septembre 2020, le gouvernement rendait obligatoire le port du masque pour les élèves de plus de 11 ans. Si la nécessité de masquer les élèves est entendue, quid de l’accès à celui-ci ? En effet, si le gouvernement semble avoir aimé occuper la scène médiatique, proposant à un public incrédule des annonces contradictoires, sur le terrain, la gestion de crise est laissée aux élus locaux. Les masques de l’Education nationale ont parfois mis dix jours à arriver tandis que les personnels vulnérables ont rencontré de nombreuses difficultés pour faire appliquer la FAQ du ministère datée du 2 septembre. Comment en 2020 peut-il être possible qu’un employeur public telle que l’Education nationale ne garantisse pas la protection de tous ses personnels ? Comment peut-il exiger des familles précarisées et fragilisées par le confinement qu’elles paient des masques pour leurs enfants ? Nous exigeons donc de toute urgence la gratuité des masques pour nos élèves ! Cette crise sanitaire ne doit en aucun cas être un énième facteur d’inégalité dans un département qui nécessite un plan d’urgence en matière d’éducation !

Masques en tissu : une protection qui reste insuffisante !

Le 11 septembre dernier, le CHSCT ministériel s’est positionné pour exiger que soit délivrés des masques chirurgicaux aux personnels d’éducation. La raison en est, la protection supérieure assurée par ces masques, notamment pour les personnels en présence d’un public non masqué. « La protection est insuffisante envers les enfants » a en effet alerté l’agence régionale de santé de Bretagne. Pour la CGT Educ’action 93, il est inadmissible que le MEN joue avec la santé des personnels. La circulaire de rentrée concernant les personnels vulnérable est un aveu de plus puisque celle-ci mentionne que les personnels se verront fournir des masques chirurgicaux, et non des masques grands public comme pour le reste des agent-es. Rappelons également que les masques grand public rétrécissent vite au lavage et occasionnent de nombreux désagréments. Les remontées de terrain font état d’un accès compliqué et parfois de la rétention de masques envers certains personnels et des catégories de personnels comme les AESH ont été oubliées, ouvertement méprisées par notre hiérarchie.

C’est pourquoi, La CGT Educ’Action 93 exige des masques chirurgicaux pour tous et des FFP2 pour les personnels vulnérables ou travaillant avec des élèves non-masqué·es.

La France pointée du doigt !

L’enquête Education de l’OCDE a épinglé le système scolaire français pour les mauvaises conditions d’accueil des élèves et personnels de cette rentrée. Les mauvais points ? Aucune mesure de distanciation sociale indispensable, des classes en sureffectifs, un manque de personnels et d’investissement dans les écoles et le système d’éducation. L’absence de masques réellement protecteurs est une pierre de plus dans l’édifice branlant de cette rentrée impréparée.

Face à ces manquements du Ministère, la CGT Educ’Action 93 exige immédiatement :

- La distribution a minima de masques chirurgicaux à l’ensemble des personnels.
- La gratuité des masques pour les élèves et leur confection dans le département
- Une réelle protection des personnels du premier degré, en contact avec des élèves non masqués, la seule protection efficace est le masque FFP2.
- Nous exigeons du matériel d’amplification, pour limiter la fatigue et l’usure de la voix.
- La tenue d’un CHSCTD exceptionnel sur les conditions de rentrée et la mise en place de mesures sanitaires dignes des personnels et des élèves.

Si vous constatez sur votre lieu de travail des irrégularités concernant les dotations en masques, l’oubli de personnels, contactez la CGT. Nous intervenons directement auprès de l’administration depuis la rentrée pour exiger les moyens sanitaires dus.

Communiqué