Echo des bahuts 1er degré

 Fermeture d’une classe spécialisée pour enfants sourds et malentendants !

 

Nous avons appris il y a quelques semaines la fermeture l’an prochain de l’unique classe bilingue LSF pour enfants sourds et malentendants en Seine-Saint-Denis.

La raison semble logique : il n’y a plus assez d’élèves inscrits, 3 sur 4 partant au collège. Certes. Mais accepter cet argument c’est accepter de croire qu’il n’y a pas d’enfants sourds de 3 à 10 ans dans le 93 ou qu’ils ont tous choisi l’oralisme et les projets linguistiques. Difficile à imaginer n’est-ce pas ? C’est donc que le problème se situe dans l’information donnée aux familles sur les deux possibilités d’enseigner à leurs enfants, pourtant définies par la loi : le bilinguisme avec la Langue des Signes ou l’oralisme et les projets linguistiques.

Peut-on encore être sourds en France finalement ? Quand déjà le monde médical et paramédical recommande fortement aux familles les implants et l’oralisme ? A-t-on l’obligation de se fondre dans la masse en imitant les entendants, coûte que coûte ? Car la rançon de l’enseignement par projets linguistiques, d’après le rapport Gillot de 1998, c’est l’illettrisme pour presque 80% des élèves.

Si l’école publique est celle de l’inclusion, elle doit permettre aux enfants sourds et à leurs parents de choisir réellement leur façon de s’instruire : la LSF doit être enseignée dans tous les départements de France ! Elle l’est d’ailleurs dans notre académie… sauf en Seine-Saint-Denis !

C’est pourquoi la CGT Educ’action93 réclame la réouverture d’une classe bilingue LSF en Seine-Saint-Denis, et le développement de l’information auprès des parents d’enfants sourds et malentendants concernant l’enseignement qui doit leur être proposé dans l’Education nationale.