Guides et dossier Santé au travail

 Nouveau protocole sanitaire dans l’Éducation nationale

 

Une réunion s’est tenue le 9 mars et un point sanitaire avec le ministère s’est tenu le lendemain.

Pour le ministère, il y a incontestablement un contexte de baisse des contaminations.
Quelques éléments chiffrés le confirment avec des données sur la semaine 9 : taux d’incidence 542, 9 pour mille habitants en baisse de 8% par rapport à la semaine dernière. Le taux d’incidence se stabilise mais avec des disparités régionales (Bretagne et Normandie augmentent légèrement) ainsi que Mayotte et Martinique. Baisse sur l’ensemble des classes d’âge scolaire.
Il y a des mesures d’allègement en population générale et donc une déclinaison en milieu scolaire.

Déclinaison en milieu scolaire :
- Bascule au niveau 1 dans le protocole
- Fin de toute restriction de toute activité physique
- Fin de l’obligation de non brassage
- Pas de gros regroupements dans les établissements
- Fin des règles de distanciation.
- Reste les règles d’hygiène habituelles (lavage mains et lavages fréquents de locaux)
- Toutes et tous les élèves sont autorisé·es à ne plus porter le masque
- Dans un premier temps et jusqu’à la fin de l’année, les personnels ou élèves qui souhaitent continuer à le porter pourront le faire.

Quelques précisions :
- Il y aura un décret général pour le changement dans la population générale mais selon l’évolution de la pandémie localement, les préfets pourront réactiver les restrictions en fonction des besoins locaux.
- Pas d’évolution générale Fonction publique pour les ASA. La situation reste inchangée pour les collègues qui étaient jusqu’alors placé·es en ASA.
- Si l’enseignant·e dans le 1er degré ne porte plus le masque, il sera considéré comme cas-contact si un.e élève testé.e positif.
- Pour le 2nd degré, c’est toute la classe qui sera cas-contact et donc les élèves devront tous et toutes se faire tester, sauf les élèves qui portent un masque. Il sera fortement conseillé de garder le masque pour les élèves cas contact, pendant un temps, quand ils ou elles reviennent avec un test négatif.
- Mise à jour de la FAQ
- Un document simplifié va être rédigé sur le contact-tracing

Commentaire de la CGT :

La gestion des cas-contact, surtout en lycée, va être très lourde car, avec les spécialités, la notion de classe est étendue. Les services de vie scolaire, les infirmières vont être sous tension.
Se pose le problème de la « non obligation » des brassages pour le 1er degré. En effet, en cas d’absence de l’enseignant.es, les élèves pourront être à nouveau réparti.es dans les classes d’où la nécessité de recruter pour assurer les remplacements.
Sur les personnels soumis à l’obligation vaccinale qui ne sont pas vaccinés et qui ont été suspendus, plusieurs OS ont interrogé le ministère à leur sujet. Nous avons demandé la fin de leur suspension. Pour l’heure, le ministère dit ne pas pouvoir puisqu’il ne peut pas déroger à la loi.